Envoi du mail en cours
 

Rester connecté

PATHOLOGIES /
× Gynécologie

132 articles dans cet axe pathologique
3 caractères minimum
Articles scientifiques (129)
Cas cliniques (2)
Vos patients ont lu (1)
Article Commenté
Source : Fertil Steril. 2017 ; 107(4):934-939.
Taux d'hormones ovariennes et évaluation échographique chez les filles nées après ICSI : premiers résultats
Dr Solveig Gerbeau-Choquer (UPMA Saint-Joseph - Marseille) le 30 Mai 2017
Les filles nées après une ICSI ont-elles une fonction ovarienne comparable aux filles conçues naturellement ? L’ICSI, en prenant initialement en charge les infertilités masculines, a permis la naissance de plus de 2,5 millions d’enfants. Elle a vu aujourd’hui ses indications se modifier pour devenir plus larges. De nombreuses études ont été rassurantes concernant la santé des enfants...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Obstet Gynaecol Res. 2017 ; 43(1):202-210.
La thromboélastographie comme test prédictif de maladie thromboembolique veineuse dans les cancers gynécologiques ?
Pr David Smadja (Hôpital Européen Georges-Pompidou - Paris) le 2 Mars 2017
La maladie thromboembolique veineuse (MTEV) est une complication importante bien que méconnue chez les patients en oncologie gynécologique et a un impact sur la survie globale. Le but de cette étude était de déterminer si la thromboélastographie pouvait aider la prédiction la MTEV chez les patients en oncologie gynécologique...
Lire la suite
Article Commenté
Source : J Clin Endocrinol Metab. 2015 ; 100(4):1485-93.
Une cytokine musculaire, l’irisine, un nouveau marqueur de l’insulinorésistance (IR) dans le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
Dr Isabelle Cedrin-Durnerin (Hôpital Jean Verdier - Bondy) le 28 Octobre 2015
Introduction Le SOPK est caractérisé par un état d’IR qui touche la plupart des femmes SOPK obèses mais aussi une proportion non négligeable des femmes minces (30%) atteintes de ce syndrome. Bien que l’étiologie du SOPK reste énigmatique, de nombreuses publications récentes ont montré le rôle majeur de diverses cytokines pro-inflammatoires dans le développement de ce syndrome. Récemment, une nouvelle myokine, l’irisine, a été identifié chez la...
Lire la suite
Article Commenté
Source : Hum Reprod Update. 2015 ; 21(2):262-74
Hystérosonographie, hystéroscopie, la fin du Gold Standard ?
Dr Géraldine Porcu-Buisson (Institut de Médecine de la Reproduction - Marseille) le 6 Mai 2015
L’hystérosonographie est une méthode non invasive de bonne valeur diagnostique qui évalue en 2D (ou 3D) la cavité utérine après l’injection de sérum physiologique. Cette technique n’est cependant pas utilisée en pratique courante et en première intention dans le bilan initial d’un couple infertile alors que de nombreuses études ont rapporté sa capacité diagnostique.
Lire la suite
Article Commenté
Du 21 au 28 janvier : Semaine européenne de prévention du cancer du col de l’utérus
Dr Caroline Puech (Paris) le 23 Janvier 2012
Initiée par l’ECCA (European Cancer Cervical Association / Association européenne contre le cancer du col de l’utérus), cette semaine a pour objectif d’informer les femmes sur le cancer du col de l’utérus et les moyens de le prévenir. Des manifestations locales sont organisées partout en Europe. En France, La Ligue Contre le Cancer organise un certain nombre de conférences publiques et des centres d'information dans les différentes régions.
Lire la suite
Article Commenté
Gonococcies : un effort de dépistage à fournir
Mme Marie Lestelle (Paris - issy les moulineaux) le 31 Mars 2011
Devant l’augmentation des cas de gonococcies en France, la Haute Autorité de Santé propose aux professionnels de santé, dans un rapport récemment publié, des pistes d’amélioration du diagnostic et de la prise en charge des infections à Neisseria gonorrhoeae.
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IPC 2010
Rôle du gène viral E6 dans le cycle de vie du HPV16
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 13 Septembre 2010
Le gène viral E6 joue un rôle primordial pour le maintien extrachromosomique du génome de HPV16 dans les kératinocytes humaines, probablement via l’inactivation de la protéine p53. Afin d’évaluer cette hypothèse, l’équipe du Dr L. Lorenz a utilisé le plasmide conférant une résistance à la néomycine et portant le gène HPV16 E6 sauvage ou quatre génomes HPV16 E6 mutants pour transformer des kératinocytes humains immortalisés. L’ADN...
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IPC 2010
Le cancer du col utérin chez des patientes infectées ou non par le VIH
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 13 Septembre 2010
Le cancer induit par HPV est une infection opportuniste notamment chez les patients infectés par le VIH. Cette analyse a été effectuée par l’équipe du Dr M. Silverberg (Oakland, CA, USA). 20 277 patients VIH+ et 20 2313 VIH- inscrits dans le registre de la Sécurité sociale ont été identifiés. Plusieurs cancers associés à HPV chez les patients VIH+ ont été identifiés :
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IPC 2010
Le vaccin de HPV16/18 L1 VLP induit une protection croisée
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 13 Septembre 2010
Le mécanisme de protection par vaccin VLP prophylactique de HPV16/18 L1 contre l'infection HPV16/18 persistante requiert des anticorps neutralisants. Bien que les études d'efficacité aient démontré une protection croisée partielle, aucun lien entre production d’anticorps ou leur rôle dans la protection contre l'infection n’a été démontré. Ainsi, l’étude du Dr T Kemp a évalué les réponses des anticorps aux types de HPV liés à HPV16
Lire la suite
Compte Rendu
Source : IPC 2010
Incidence de l'infection génitale HPV chez les femmes âgées de 25 à 45 ans
Dr Raja Moukhlis (Paris) le 13 Septembre 2010
Le Dr X. Castellsague a présenté les données prospectives d'une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo sur l’efficacité, la tolérance, la sécurité d’emploi et l’immunogénicité du vaccin quadrivalent de HPV (type 6/11/16/18) chez des femmes âgées de 24 à 45 ans. L’analyse épidémiologique a inclus 3 730 femmes. L’étude d’efficacité du vaccin anti HPV a été...
Lire la suite
Cas Clinique
Suppression par le catumaxomab d’une ascite invalidante chez une patiente souffrant d’une carcinose péritonéale liée à un cancer de l’ovaire
Pr Isabelle Ray-Coquard (Centre Leon Bérard - Lyon) le 30 Septembre 2013
L’ascite carcinomateuse est une complication fréquente des cancers épithéliaux de l’ovaire, dont le traitement peut s’avérer difficile en raison d’une résistance à la chimiothérapie, alors que celle-ci est efficace sur les autres cibles. Cette ascite s’accompagne souvent de symptômes invalidants : douleurs, distension abdominale, signes de compression vésicale ou intestinale, baisse de l’état général ou encore dyspnée (1). 
Lire la suite
Cas Clinique
Efficacité prolongée du catumaxomab chez une patiente souffrant d’une ascite carcinomateuse réfractaire
Mme Laure Chauvenet (Service d’oncologie médicale, Hotel-Dieu - Paris) le 12 Février 2013
Introduction L’ascite carcinomateuse est associée au cancer de l’ovaire dans environ un tiers des cas (1, 2). Les manifestations cliniques de l’ascite sont particulièrement invalidantes pour les patientes et lorsque l’ascite devient réfractaire et récidivante, ces manifestations altèrent la qualité de vie. Il s’agit aussi d’une complication grave qui peut menacer le pronostic vital en cas d’occlusion intestinale ou de détresse respiratoire. Les traitements...
Lire la suite